Le programme des conférences

LES RELATIONS DES PROFESSIONNEL(LE)S DE LA PETITE ENFANCE AVEC LES PARENTS !

Près de trois mois après la naissance d’un bébé, de très nombreux parents se préparent à se séparer de lui, alors qu’ils sont en train de construire avec lui des liens d’attachement dont la qualité sera le garant de son développement futur, mais aussi de se construire eux mêmes progressivement comme parent. Accueillir un tout petit enfant c’est, alors, forcément accueillir son ou ses parents.

L’enjeu de ces relations entre adultes sera d’assurer la continuité indispensable à la construction psychique de l’enfant. Réfléchir aux relations parents professionnelles nécessite de préciser, dans un premier temps, ce qui caractérise les partenaires, pour ensuite travailler sur les relations elles mêmes.

ETRE PARENT, MÈRE ET PÈRE, D’UN TRÈS JEUNE ENFANT
1
09H30 10H30
La parentalité s’élabore progressivement en s’appuyant sue des déterminants variés (d’ordre social, culturel, biologique, psychologique) en interaction. Nous examinerons comment se tisse le lien parent/tout petit, tissage aux fils de couleurs qui s’associent en une natte : le fil psychique, de l’inconscient ; le fil du biologique, femme ou homme de l’espère humaine ; le fil de la culture, au plan historique et social. La relation parentale est faite de tous ces éléments associés au cours du temps avec des poids différents, en une combinaison à chaque fois originale et toujours en évolution. Deux dimensions peuvent, selon nous, aider à distinguer la fonction parentale de la fonction d’accueillant(e) : celle du temps et de la portée des responsabilités et celle de la rationalité-irrationalité.
Nathalie LOUTRE-DU PASQUIER
Psychologue clinicienne, formatrice petite enfance, ex maitre de conférence en psychologie de l’enfant
ETRE PROFESSIONNEL(LE) DE L’ACCUEIL DU JEUNE ENFANT
2
11H30 12H30
Etre accueillant(e) du jeune enfant de l’autre est, par définition, différent du fait d’être parent. Aussi évident que cela paraisse, tout professionnel(le) de la petite enfance se doit d’être véritablement au clair sur ce qui fait différence entre elle (lui) et sa mère, son père, pour les accueillir correctement, tels qu’ils sont chacun. Ce travail d’accueil d’un très jeune enfant, sur le temps d’absence de ses parents et, par là-même, d’accueil de ses parents, est très exigeant. Il demande de s’investir dans la relation avec chaque enfant, chaque parent de façon « juste », avec suffisamment de proximité, sensibilité, mais sur un mode toujours conscient, contrôlé, et suffisamment de recul, pour permettre l’analyse de ce qui se vit. Ce travail se doit d’être de qualité, alors que ses conditions d’exercice sont loin d’être toujours satisfaisantes et que les professionnel(le) s se vivent toujours plus sollicité(e)s, du fait de la précarité et des fragilités de la vie de bon nombre de familles. Ce travail demande de savoir se rendre disponible à chacun (« avoir l’esprit libre »), de savoir s’adapter à chacun, ce qui est particulièrement difficile, afin qu’une confiance suffisante s’établisse avec les parents, totalement nécessaire à un accueil de l’enfant qui soit de qualité.
Suzon BOSSE-PLATIÈRE
Psychopédagogue, formatrice petite enfance
POURQUOI IL DOIT Y AVOIR RELATION ? CE QUI REND CE TRAVAIL PARTICULIÈREMENT COMPLI- QUÉ POUR LES PROFESSIONNEL(LE)
3
14H00 15H00
Accueillir le jeune enfant c’est obligatoirement accueillir les parents, chaque jour, des parents tous différents entre eux et différents de l’accueillant(e). Cela confronte les professionnelles de l’accueil à :
  • la diversité des structures familiales actuelles (familles « classiques » : père, mère, enfant(s), famille monoparentale, famille recomposée, …) et aux représentations que cela évoque pour les accueillant(e)s, et ceci d’autant plus qu’elles accueillent un bébé ;
  • les différences dans les conceptions éducatives, en partie en lien avec la culture et qui peuvent être porteuses de malentendus, voire de tensions ou de conflits. Les différences de demandes de la part des parents par rapport au projet d’équipe ou à l’expérience et aux pratiques des accueillant(e)s. Comment tout cela peut il être géré : ce qu’elles (ils) en font et en disent aux parents ;
  • la rivalité, toujours présente dans ces relations entre adultes concernés différemment par le même enfant.
Nathalie LOUTRE-DU PASQUIER
Psychologue clinicienne, formatrice petite enfance, ex maitre de conférence en psychologie de l’enfant
LA CONFIANCE À CONSTRUIRE ENTRE LES PROFESSIONNEL(LE)S ET LES PARENTS
4
15H30 16H30
Cette confiance nécessaire n’est pas acquise d’emblée. Elle se construit progressivement en se parlant, au fur à mesure des différentes rencontres :
  • les différents temps de rencontre : la première rencontre, l’adaptation ou familiarisation, les rencontres quotidiennes, matin et soir ;
  • les échanges : pourquoi est-il indispensable d’échanger quotidiennement (ou presque) au sujet de l’accueil de l’enfant ? Qui échange avec le ou les parent(s) ? Où et quand? Que se dire et comment se le dire ? Les contenus de ces échanges et leurs valeurs. La place des écrits, ou des « traces » dans ces échanges : les « cahiers de liaison », les affichages, les photos, …
La nécessité d’être réellement au clair sur son rôle et sa place de professionnel(le), ainsi que l’acceptation nécessaire de la non réciprocité de ces relations entre les parents et les accueillant(e)s de leur enfant, pour des échanges sereins et adaptés
Suzon BOSSE-PLATIÈRE
Psychopédagogue, formatrice petite enfance

INVITATION GRATUITE SUR INSCRIPTION

POUR L’OBTENTION DE VOTRE BADGE, IL SUFFIT DE :

Vous inscrire et inscrire votre personnel grâce à notre formulaire.

Le nombre de places étant limité, un maximum de 3 inscriptions par structure est autorisé.

S'INSCRIRE